Orient et Occident dans une même inspiration musicale
Shen Yun Performing Arts
12 novembre 2010

L'orchestre de Shen Yun est perçu par les spectateurs partout dans le monde comme étant unique de par la combinaison de ce qui se fait de mieux en Occident et en Orient. L'orchestre, complet, classique, occidental, offre son énergie, sa prestance, tandis que les instruments chinois font ressortir la touche qui vient des millénaires de la culture chinoise.

Comment font les compositeurs de Shen Yun pour écrire des musiques qui rassemblent ces instruments si différents dans un son si harmonieux?

Les compositeurs qui sont avec la compagnie depuis ses débuts ont composé des dizaines de partitions et voici ce qu'ils en disent.

Question: De quelle manière travaillez-vous les caractéristiques des instruments occidentaux et chinois dans vos compositions?

TJY

Junyi Tan: Une des marques distinctives des compositions de Shen Yun consiste à faire ressortir l'essence même de ces deux grandes traditions musicales tout en donnant un thème unifié. En travaillant les arrangements j'emploie surtout les techniques occidentales. Mais il faut en même temps que la composition et l’atmosphère de la mélodie soient en harmonie avec les qualités uniques de la musique chinoise

La danse dans Shen Yun est dans la mouvance des danses classiques et ethniques chinoise et cette musique est composée sur mesure pour ces danses. Au moment d'écrire la musique pour les différentes danses, il nous faut choisir la meilleure façon de faire écho aux goûts et particularismes locaux. C'est en faisant appel aux instruments chinois tels que le dizi, le erhu, et le pipa que l'on rendra le mieux le style et les caractéristiques ethniques

Les arrangements sont conçus pour que les instruments occidentaux – les instruments à vent et les cordes - servent d'accompagnement tandis que les instruments chinois jouent la mélodie. Mais les qualités propres aux vents et aux cordes prennent toute leur place lorsqu'ils jouent des crescendos.

Question: Quelles sont les caractéristiques qui différencient les instruments traditionnels chinois des instruments occidentaux?

JX

Jing Xuan: La musique classique chinoise vient de la même source que toutes les autres formes de l'art traditionnel chinois. Qu'il s'agisse de la fabrication des instruments ou les propriétés spécifiques de leurs timbres, tout a un sens intérieur profond et une riche symbolique.

Prenez par exemple le cas du Pipa. Il fait trois pieds et cinq pouces de haut. Le trois symbolise le ciel, la terre et l'homme. Le cinq symbolise les cinq éléments de la philosophie chinois - métal, bois, eau, feu et terre. Puis les quatre cordes symbolisent les quatre saisons.

Un autre exemple se trouve dans le «couplage» flute-pipa, souvent joués ensemble. Derrière cela, il y a l'idée du couple de bon augure dragon-phénix. La flute symbolise le dragon et le pipa le phénix.

La classification des instruments est également différente. Les instruments occidentaux sont classifiés selon la façon dont on en joue, les cordes, les percussions, les cuivres, les vents. Les instruments chinois sont classifiés selon leur sonorité et les matériaux dont ils sont fabriqués.

Dans la Chine ancienne les instruments étaient divisés en huit groupes: métal, pierre, terre, cuir, soie, bois, calebasse et bambou. On les appelle «les huit sons» et ceci était un des systèmes de classifications d'instruments les plus anciens. Par exemple il y a le «son métal» qui correspond au bian-zhong (ancien instrument à seize cloches), le «son cuir» comprend les tambours, le «son soie» fait référence à des instruments qui avaient des cordes en soie comme par exemple le cithare, le «son bambou» vient des différents types de flutes et ainsi de suite....

La qualité du son des instruments chinois est étroitement liée à la philosophie chinoise. La culture traditionnelle chinoise met l'accent sur le fait que toute chose a une âme. Ce qui signifie que dans la musique chinoise chaque note est vivante.

Etant donné que la musique et la danse chinoises viennent d'une même source, le rythme qui est présent dans les espaces entre chaque mouvement dansé et les silences entre chaque note de musique, ne correspondent pas à des espaces vides. Il s'agit d'un processus musical. Et on peut voir ceci dans les techniques de jeu propres aux divers instruments chinois, comme le glisser-frotter de l'erhu ou le pousser-tirer du pipa, ce qui crée un effet «portamento» et ceci fait partie de l'âme de la musique chinoise.