Salles sacrées et temples saints

Les anciens architectes construisaient des temples qui remplissaient de nombreux rôles essentiels pour les chinois. Les gens les dédiaient à leurs ancêtres en forme de respect. Ils les utilisaient comme lieux de culte, consacrés au ciel, à la terre et aux divinités locales. Les monastères Bouddhistes et Taoïstes étaient caractérisés par de vastes temples complexes où les moines priaient, étudiaient les écritures et vivaient.

Chaque dynastie de la Chine avait son propre et unique style architectural. Les architectes de la Dynastie Tang favorisaient les toits en chaume et les avant-toits droits. Pendant les Ming et les Qing, ils préféraient orner de motifs colorés leur architecture, avec des teintes vermillon et jaune réservées aux résidences impériales.

 Les quartiers royaux avaient habituellement des structures symétriques, avec des bâtiments disposés autour de grandes cours rectangulaires. Le point central de ces riches demeures, entourées de jardins et de constructions plus petites, était la magnifique et solennelle "grande salle".

Les lieux de culte pouvaient être des temples d’imposantes dimensions avec de multiples grandes salles, ou d’humbles sanctuaires locaux avec des intérieurs plus petits et une décoration plus simple. Chacun d'eux avait son caractère unique, déterminé par la géographie et les coutumes indigènes.

Les anciennes tours de guet
The Monk Who Endured