Les Chars

Dans l'ancienne Chine, les chars étaient d'importants engins de combat. Ils sont apparus pendant la Dynastie Xia environ 2000 ans av. J.C., et étaient utilisés pour transporter l'infanterie et l'artillerie sur les champs de bataille.

Les chars chinois transportaient habituellement trois soldats. Le commandant occupait le flanc gauche, le guerrier le flanc droit, et le conducteur était au centre. Les anciens conducteurs de chars devaient suivre un entraînement spécialisé dans le «Yu», l'art de conduire un char. Yu est considéré comme l'un des six arts de l'éducation confucéenne qu'un véritable gentilhomme se doit de maîtriser.

Pendant l'époque chaotique de la période des Zhou de l'Est (770-221 av. J.C.), la puissance d'un monarque se mesurait au nombre de chars de combat qu'il possédait.

Les chars de combat étaient équipés de dispositifs de défense comme des armures en cuir et des boucliers. Leurs armes incluaient le Ge, ou hache-poignard, lequel était utilisé pour des frappes de courte portée sur les chars ennemis, des arcs et des flèches. Une unité de char était constituée de trois guerriers armés, 72 fantassins et un groupe de soutien de 25 hommes, formant un groupe fort de 100 hommes.

Mais la masse du char le rendait difficile à diriger et n’était indiqué que pour le combat en terrain plat. Durant la Dynastie des Han (206 av. J.C.-220 ap. J.C.), le char chinois a été remplacé par la cavalerie, plus souple, et des fantassins.

Les chars de combat transportaient également des bannières, des drapeaux, et des tambours afin de maintenir la communication et transmettre les instructions entre les chars.

Ces tambours sont présentés dans les chars de combat utilisés dans les spectacles de Shen Yun. Ces anciens tambours chinois étaient importants pour entretenir le moral, intimider l'ennemi et piloter les changements de formation complexes et rapides sur le champ de bataille.

Le plumeau taoïste
War Drums