Le grand classique Les Trois Royaumes

"L'empire, longtemps divisé, doit s'unir ; longtemps uni, doit se diviser. Il en a toujours été ainsi." – Extrait des premières lignes du roman Les Trois Royaumes

Introduction

Nous sommes au début du IIIème siècle, et la glorieuse dynastie Han est sur le point de disparaître. Ceux qui souhaitent devenir les prochains dirigeants de la Chine ont amené l'empire au bord de la guerre. Les eunuques de la cour et les souverains tombent, et de grands héros naissent de combats épiques. Le peuple chinois, qui aspire à la paix, se demande ce qu'il adviendra de son sort alors que la guerre fait rage dans tout le pays. La dynastie semble avoir perdu son « mandat des cieux» - que va-t-il se passer?

C'est la toile de fond du grand classique Les Trois Royaumes, l'un des quatre grands piliers de la littérature chinoise (Les autres sont La Pérégrination vers l'Ouest, Au bord de l'eau et Le Rêve dans le pavillon rouge). Son auteur du XIVème siècle, Luo Guanzhong, s'inspire de l'histoire et du folklore pour créer un conte coloré qui met en valeur les affaires politiques et sociales de l'époque.

Il est également considéré comme un traité de stratégie militaire qui a été comparé à L'Art de la guerre de Sun Tzu. Au cours du récit, les lecteurs rencontrent des dizaines de personnages emblématiques de l'histoire et assistent à des batailles de toutes envergures. Les Trois Royaumes est au cœur de l'identité culturelle chinoise et plus spécialement rattaché au concept du yi - le ciment essentiel qui lie une société harmonieuse.

La danse de Shen Yun 2015 Capturer des flèches avec des bateaux de paille, raconte l'un des brillants stratagèmes employés dans cette immense saga-historique.

Les Trois Royaumes en guerre

Alors que les seigneurs et les généraux se rassemblent pour lutter pour la suprématie, trois grands leaders émergent rapidement. Leurs noms sont Liu Bei, Cao Cao et Sun Quan. Ce sont des hommes de caractère, de prouesses et de ruse, tous les trois désireux de voir leur ambition se réaliser. Chacun d'eux est le chef de son propre royaume - respectivement Shou, Wei et Wu - et aspire à unir l'empire, se rassemblant « Tous sous le ciel », comme ils le disent.

Avec l'aide des esprits les plus brillants et des cœurs les plus courageux de l'époque, ces trois hommes se hissent au pouvoir et s'engagent dans un concours épique pour l'avenir de la Chine.

Le Royaume de Shou

Nous sommes au début du IIIème siècle, et la glorieuse dynastie Han est sur le point de disparaître. Ceux qui souhaitent devenir les prochains dirigeants de la Chine ont amené l'empire au bord de la guerre. Les eunuques de la cour et les souverains tombent, et de grands héros naissent de combats épiques. Le peuple chinois, qui aspire à la paix, se demande ce qu'il adviendra de son sort alors que la guerre fait rage dans tout le pays. La dynastie semble avoir perdu son « mandat des cieux» - que va-t-il se passer?

C'est la toile de fond du grand classique Les Trois Royaumes, l'un des quatre grands piliers de la littérature chinoise (Les autres sont La Pérégrination vers l'Ouest, Au bord de l'eau et Le Rêve dans le pavillon rouge). Son auteur du XIVème siècle, Luo Guanzhong, s'inspire de l'histoire et du folklore pour créer un conte coloré qui met en valeur les affaires politiques et sociales de l'époque.

Il est également considéré comme un traité de stratégie militaire qui a été comparé à L'Art de la guerre de Sun Tzu. Au cours du récit, les lecteurs rencontrent des dizaines de personnages emblématiques de l'histoire et assistent à des batailles de toutes envergures. Les Trois Royaumes est au cœur de l'identité culturelle chinoise et plus spécialement rattaché au concept du yi - le ciment essentiel qui lie une société harmonieuse.

La danse de Shen Yun 2015 Capturer des flèches avec des bateaux de paille, raconte l'un des brillants stratagèmes employés dans cette immense saga-historique.

Les Trois Royaumes en guerre

Alors que les seigneurs et les généraux se rassemblent pour lutter pour la suprématie, trois grands leaders émergent rapidement. Leurs noms sont Liu Bei, Cao Cao et Sun Quan. Ce sont des hommes de caractère, de prouesses et de ruse, tous les trois désireux de voir leur ambition se réaliser. Chacun d'eux est le chef de son propre royaume - respectivement Shou, Wei et Wu - et aspire à unir l'empire, se rassemblant « Tous sous le ciel », comme ils le disent.

Avec l'aide des esprits les plus brillants et des cœurs les plus courageux de l'époque, ces trois hommes se hissent au pouvoir et s'engagent dans un concours épique pour l'avenir de la Chine.

Le Royaume de Shou

Zhuge Liang
Liu Bei, Zhang Fei et Guan Yu.
Illustration de Jinxie Zhong (
)

Le seigneur de guerre Liu Bei est le fondateur du Royaume de Shu. Sa prétention au trône impérial vient du fait qu'il est un descendant des dirigeants Han et qu'il peut ainsi faire perdurer l'héritage, sinon la dynastie.

Liu est présenté comme le candidat le plus légitime et le plus méritant. Il a un esprit élevé et un grand coeur, mais n’a pas les ressources et la puissance brute de ses rivaux. Mais son noble personnage agit comme un aimant qui attire à sa cause certains des héros les plus inoubliables du roman - des stratèges ahurissants et des guerriers presque infaillibles. Ensemble, ils réussirent à établir leur propre État.

L'alliance de ces héros commence dans l'une des scènes les plus connues des Trois Royaumes : « Le Serment du Jardin des Pêchers ». Liu Bei et les deux guerriers Zhang Fei et Guan Yu deviennent frères de sang :

« Nous ne demandons pas de naître le même jour », jurent-ils, « mais nous demandons de mourir ensemble la même année, le même mois et le même jour ».

Le lien entre les trois établit un thème fort qui se déploie tout au long du conte. Plus tard, l'influence de Liu Bei augmentera rapidement après avoir obtenu l'aide du sage taoïste et du stratège et expert Zhuge Liang. Certaines des histoires les plus fantastiques des Trois Royaumes, comme  « Capturer des flèches avec des bateaux de pailles » sont dues aux exploits de Zhuge.

Le Royaume de Wei

Dans Les Trois Royaumes, l'ambitieux général Cao Cao est le rival et complice de Liu Bei. Voici un exemple de dialogue entre lui et son fidèle chef :

Cao Cao : J'ai besoin de t'emprunter quelque chose.
Le Chef loyal : Bien sûr, qu'est-ce que c'est ?
Cao Cao : Ta tête.
Le Chef loyal : Quoi ?
Cao Cao : Ne vous inquiétez pas, je m'assurerai que l’on s'occupe de votre famille.

Cao Cao (prononcer « tsao tsao ») a une armée énorme et la loyauté d'une grande partie du royaume. Il est aussi un poète accompli dont les œuvres ont eu un impact significatif sur le style poétique chinois.

Pour en savoir plus sur Cao Cao, lisez l’article de notre blog « Les chèvres les plus célèbres de Chine »

Le Royaume de Wu

Pendant ce temps, le clan Sun contrôle la majeure partie du sud de la Chine. À l'âge de 18 ans, après l'assassinat de son frère aîné, Sun Quan à barbe rouge hérite du pouvoir. Pendant « la Bataille de la falaise rouge»,  Sun Quan s'allie avec Liu Bei pour empêcher les armées de Cao Cao de traverser le Yangtze.

Leur allégeance a été de courte durée, cependant les Trois Royaumes ont continué à manœuvrer et à se battre pour l'avenir de la Chine, connue sous le nom « d'Empire du Milieu ». Mais dans ce conte fascinant rempli de triomphes et de sacrifices, chaque épisode revient au principe du yi.

La signification de Yi

Character for Yi
Le caractère chinois pour Yi, 義, est composé de 羊 (mouton) en haut et 我 (je, moi-même) en bas. Dans la culture chinoise, les moutons sont symboles de prospérité en raison de leur gentillesse et de leur nature obéissante. Le caractère « I » 我 est issu d'une ancienne écriture sur un os d’oracle où il représente un outil de combat complet avec une dent tranchante. Ensemble, le caractère de Yi 義 signifie littéralement « Je suis un mouton ». Symboliquement, il suggère de faire des sacrifices au nom de la justice. 

Le titre du roman chinois, San Guo Yan Yi (三國演義), peut également être traduit par  « Les Trois Royaumes interprètent Yi ». Yi (prononcer « i ») se traduit le plus exactement par « droiture » ou « devoir ». Cependant, le concept s'élargit pour englober l'honneur, la bienveillance, la loyauté, l'altruisme et la fraternité.

Yi explique les relations vertueuses entre les dirigeants et les sujets, les pères et les fils, les maris et les femmes, et entre frères et amis. Dans la société traditionnelle chinoise, il était une règle établie que, quoi qu'il arrive, vous deviez observer yi.

Il est possible que l'incarnation ultime du yi puisse être vue dans le personnage du Général Guan Yu. Aussi connu sous le nom de Guan Gong, les générations suivantes ont érigé des temples en sa mémoire et l'ont adoré comme « le Dieu de la guerre ». Lors d’une occasion, il a accepté de se battre en duel avec un adversaire féroce. Il a versé un bol de vin chaud pour lui porter chance, Guan Yu a refusé de le boire, disant qu'il reviendrait dans un instant. Quelques minutes plus tard, il revint avec la tête de l'adversaire, avant même que son vin n’ait eu le temps de refroidir.

Et pourtant, avec sa longue barbe fluide, c'est son indomptable esprit de yi qui le rend le plus mémorable. Confronté à une probable défaite, le guerrier autrefois imbattable a prononcé les lignes éternelles suivantes :

« Si les murs de la ville tombent, c'est la mort, tout simplement. Le jade peut être brisé, mais vous ne pouvez pas changer sa blancheur. Le bambou peut être brûlé, mais son joint ne peut pas être détruit. Le corps peut périr, mais le nom vivra pour la postérité. »

Afin de protéger la famille de son seigneur Liu Bei, Guan Yu s'est laissé capturer par l'impitoyable ennemi, Cao Cao. Cao Cao, qui admirait depuis longtemps les capacités de guerrier de Guan Yu, a essayé de le rallier à ses côtés avec de l'or, des titres et des chevaux de valeur. Un homme plus faible aurait facilement cédé, mais Guan Yu a saisi la première occasion pour s'échapper. Il a bravé le grand danger et a surmonté les blessures pour ramener en toute sécurité la famille de son frère assermenté.

Pourtant, il n'a jamais oublié la générosité que, bien qu'ennemis, Cao Cao lui avait montrée. Des années plus tard, Cao Cao a été battu lors de la « Bataille de la Falaise Rouge » et a du lutter pour sa vie avec ce qui restait de son armée décimée. Guan Yu a été envoyé pour l'achever et a arrêté  Cao Cao dans un étroit col de montagne. Face au puissant Guan Yu, Cao Cao n'avait aucune chance. Guan Yu l'a laissé partir.

Guan Yu, tiraillé, avait choisi de faire face à une exécution certaine pour avoir désobéi aux ordres plutôt que de trahir yi en tuant son ancien bienfaiteur. Bien sûr, Guan Yu n'a pas été exécuté, parce qu'il s'avère que le stratège Zhuge Liang l'avait envoyé spécifiquement pour tuer Cao Cao, précisément parce qu'il savait très bien que Guan Yu n'arriverait pas à le faire. Le stratège l'a fait parce qu'il savait que la Chine avait encore besoin de Cao Cao pour maintenir un équilibre de trois royaumes égaux, mais c'est une autre histoire.


Le très malheureux Cao Cao, d'autre part, est un exemple de leader avec un mauvais sens du yi. Il est connu pour la citation : « Je préfère trahir le monde plutôt que de laisser le monde me trahir. » Sa philosophie personnelle devient évidente dans une scène où Cao Cao, poursuivi, se réfugie avec le frère de sang de son père. Pendant que son ami fait une course, Cao Cao entend des serviteurs aiguiser des couteaux et discuter d'un meurtre. La paranoïa de Cao Cao est piquée et il tue toute la famille. Il découvre alors qu'ils ne faisaient que préparer l'abattage d'un cochon pour son grand dîner de bienvenue. Lorsque son vieil ami, le seigneur de la maison, revient, Cao Cao réalise qu'il sera tenu responsable. Il utilise alors le tour du « qui est derrière vous » et poignarde son hôte.


Le conte se perpétue 

Avec des protagonistes qui brillent par leur yi et des antagonistes qui en manquent cruellement, les Trois Royaumes, comme Guan Yu, laisse une leçon très importante pour la postérité. Non seulement le roman a eu un impact profond sur la culture et la société chinoises, mais il offre un aperçu d'un monde ancien de courage moral et de droiture, avec le ciment du yi qui l'a maintenu.


* * *

L'auteur des Trois Royaumes, Luo Guanzhong, croyait que le destin de chaque nation était gravé dans les étoiles, et que les humains étaient très limités dans leur capacité d'affecter le grand flux de l'histoire. Cependant, il croyait aussi que si les gens étaient droits et vertueux, nous serions capables d'accomplir des choses extraordinaires, d'apporter la gloire à nous-mêmes et à nos familles, laissant un héritage brillant, transcendant les âges.

L'empereur accède au trône: L'histoire de l'illustre Kangxi
Three Kingdoms: Capturing Arrows with Boats of Straw
Forced onto Mt. Liang, the Story of Lin Chong
Outlaws of the Marsh
Journey to the West